POMEL : les vergers de Pinsaguel

17 mars 2018

EN MARGE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ASSOCIATION DES AMIS DE LA CITÉ DE LA CONFLUENCE, LE NOUVEAU PRÉSIDENT ANTONIO GÜELL A RACONTÉ SON ENFANCE AU CHÂTEAU BERTIER AU COURS D’UNE CONFÉRENCE INTITULÉE : ALGER, BARCELONE, PINSAGUEL.

Devant une centaine de spectateurs, il a retracé l’histoire de Pomel, qui a marqué la vie pinsaguéloise de la fin des années 1950 à la fin des années 1970.

La création de cette entreprise est née de l’amitié entre deux familles en Algérie, les Mélia-Bastos producteurs de tabac et les Sabaté-Güell producteurs de vin, son nom est d’ailleurs la contraction du nom de Paulette Mélia.

La confiscation des biens après l’indépendance de l’Indochine, celle de Madagascar puis la guerre d’Algérie pousse bientôt la famille Mélia au retour en France.
Le fils des Mélia est alors ami du fils des Lot de Laurencin, descendant des Bertier et propriétaire du château ; pour des raisons économiques le château Bertier à Pinsaguel est cédé à la Société Pomel, moyennantun bail emphytéotique de 99 ans ; il est alors décidé d’investir dans une plantation de pommiers.
A ce moment, ils s’adjoignent les services du père d’Antonio Güell, ingénieur chimiste, et s’associent avec Guy de Gaujac, ingénieur agronome et agriculteur à Pinsaguel. C’est ainsi que le petit Antonio vient s’installer au château Bertier en compagnie de plusieurs familles de travailleurs italiens.

Pendant plus d’une dizaine d’années, ce sont plus de 600 hectares de pommiers (250 à Pinsaguel, 150 à Roquettes et 210 à Roques sur l’emplacement du centre commercial actuel) qui composent le paysage, jusqu’à 250 employés logés et nourris dans l’aile Ariège du château, 35 semi-remorques qui partent de Pinsaguel chaque jour pour livrer les fruits dans l’Europe entière.
Sur place, au château, des entrepôts frigorifiques sont construits sur l’emplacement du Gipsy et de l’actuelle Muscadelle, et des chaînes de calibrages y sont installées. L’échec d’une des variétés de pommes et les répercussions des nouvelles Politiques Agricoles Communes de l’Europe vont marquer la fin de l’aventure.

Une diversification sera tentée au début de l’année 1970 avec l’installation des premiers ordinateurs Bull (70 mètres de machines dans l’aile Garonne), la fabrication de roulements à billes pour les Caravelles (une erreur de calcul mettra fin à cette tentative), puis la fabrication d’emballages plastiques pour l’agroalimentaire.
En 1979, le site arrête définitivement ses activités, le château est vendu et les terres données en fermage.

Confluence n° 42 • Bulletin d’information municipal de Pinsaguel

Une pensée sur “POMEL : les vergers de Pinsaguel”

Les commentaires sont fermés.